Kotapak


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Hiérarchie de famille
Chef de famille: Malt
~~~~~~~~~~
Assistants:
Spartiate78
~~~~~~~~~~
Gardiens: lisou40, elwing11
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 46 le Dim 30 Mai - 15:44
Navigation
 Portail
 Index
 Membres du forum
 Guerriers du clan
 Profil
 Postuler dans la famille
 Contacter un admin

Partagez | 
 

 Le mauvais oeil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuna
Membre du forum
Membre du forum
avatar

Aucun Avertissement
Aucun avertissements
Messages : 725
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 20
Localisation : Ici.. Non, làaaa ! Pas là, non.. A gauche iciiii. ... Tu n'y est toujours pas. Tant pis~

Personnage principal
Classe: Escrimeusee~
Niveau:
90/99  (90/99)
Métier:
80/80  (80/80)

MessageSujet: Le mauvais oeil.    Mer 18 Juil - 19:28

Bonjour, bonsoir

Voilà une création que j'ai trouvée palpitante, mais assez triste. Je vous souhaite de la lire en fin de journée, elle correspond bien avec l'ombre de la nuit et sa froidure. Ce n'est pas moi qui l'ai faite (malheureusement Rolling Eyes ) mais j'ai décidé de vous la faire partager. Vous pourrez trouver cette histoire à ce lien : >Cliquez ici<

Cette histoire est donc inspiré d'un pokémon, elle n'en est pas moins intéressante pour autant. Elle est surtout liée à la magnifique chanson "Envole-moi" de Jean-Jacques Golmann. Je vous laisse en profiter à présent. L'ambiance sombre du forum se lie bien à la fic, c'est génial. Bonne lecture et plongez vous bien dedans. I love you







Le mauvais oeil de Brasévivi.

Minuit se lève en haut des tours
Les voix se taisent et tout devient aveugle et sourd
La nuit camoufle pour quelques heures
La zone sale et les épaves et la laideur


Assis devant la lune, sur le toit d'un immeuble de la ville, un Pokémon attend. Il attend que la lune soit à son zénith. Personne ne l'aime, sauf elle. C'est comme si c'était sa mère, une mère aimante et pleine de pitié, qui chaque nuit pansait ses plaies béantes par lesquelles s'écoule le liquide rouge dont dépend sa vie. Il se régénère chaque fois que la lune paraît. Il ignore pourquoi. Lentement, il tourne la tête et regarde son bras droit décharné. On ne voit que le manche d'ébène d'un large couteau de boucher qui dépasse de la plaie. Ses muscles sont totalement ravagés. Ca lui fait mal. Très mal. Heureusement, la lune va venir et le guérir. Il lève la tête ; cette heure-là, il l'attend avec impatience. Là-haut, en effet, une magnifique créature vient d'apparaître, comme tous les soirs. Elle le regarde, mais ne descend pas du ciel. Elle a de grandes plumes dorées, bleu pastel et trois grands voiles de couleur rose. C'est une belle créature, on dirait qu'elle personnifie la lune grâce à une sorte de diadème en forme de croissant lunaire. Elle est auréolée de lumière et pourtant, elle le regarde avec un regard presque indescriptible où on parvient à lire la haine, comme s'il la gênait, l'empêchait d'admirer le paysage, comme s'il ne devait pas exister. Il tend les bras vers elle. La douleur que produit le couteau enfoncé dans son bras se réveille ; il s'en moque.

J'ai pas choisi de naître ici
Entre l'ignorance et la violence et l'ennui
J'm'en sortirai, j'me le promets
Et s'il le faut, j'emploierai des moyens légaux


Il ne sait pas pourquoi il est né. Tout le monde semble le considérer comme une erreur de la nature. Ca le rend triste. Il n'est pourtant pas méchant ! On raconte que dès qu'il s'approche d'une ville, les gens ne se réveillent jamais, qu'ils font d'affreux cauchemars, qu'ils semblent obéir à une volonté supérieure. Il le sait. Il l'a déjà fait. Mais c'était parce qu'il ne contrôlait pas ses pouvoirs ! Qu'y a-t-il de mal à ça ? Il les maîtrise mieux maintenant, mais parfois ils lui échappent. Est-ce par ce qu'il n'est pas assez fort ? Il se remémore ce qu'il s'est passé durant sa naissance. C'était il n'y a pas si longtemps. A peine dix mois. Il se sentait inconsistant, petite brume flottant dans les méandres de l'infini. Soudain, une énorme créature lui a fait face. Elle semblait souffrir atrocement. Il aurait voulu l'aider ! Pourquoi n'a-t-il pas réussi à calmer sa douleur ? Ses yeux étaient fermés, elle gémissait, toute argentée, majestueuse... C'était sûrement ce qu'on appelle un « dieu »... Soudain, elle a relevé la tête, les yeux toujours fermés, et elle a hurlé ! Un hurlement terrible, qui résonnait, qui semblait faire vibrer le monde tout entier, un hurlement si puissant qu'il fut aussitôt matérialisé dans un monde inconnu. Avant de tomber sur cette terre où il était si haï, il eut le temps de voir la créature dans son entier. Elle avait une arche dorée énorme au milieu du corps, avec quatre émeraudes luisantes et semblait être apaisée par son départ. Etait-ce lui qui la tourmentait ? Peut-être. Il ne le sait pas. C'est la première fois qu'il se pose cette question. Une question parmi tant d'autres à laquelle il ne pourra jamais répondre.

Envole-moi
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi


Est-il né pour être le souffre-douleur des hommes ? Pour qu'ils ne pensent pas à se faire la guerre entre eux ? Pour que la créature qui lui a donné naissance n'ait pas à supporter une rébellion ? Le couteau le ramène à la réalité : la douleur est insoutenable. Il le saisit et l'arrache de sa chair pour l'envoyer au loin. Il glisse jusqu'au bord du toit, bascule dans le noir gouffre de la rue en contrebas. Dès qu'il l'a vu tomber, il a essayé de le rattraper. Mais la douleur était trop intense. Il s'est effondré, tenant son bras dans sa main. Il a commencé à sangloter, tout doucement, en toussant un peu, sous le coup de la douleur puis il a fixé la lune, en la suppliant de l'aider. Elle n'était pas encore à son zénith. Quelques minutes à tenir. La douleur le glaçait. C'est à ce moment que la créature de la lune semblait essayer de la lui cacher, comme si elle ne voulait pas qu'il guérisse. Dans son cœur, il se disait que la créature céleste en avait assez que la lune le guérisse, qu'elle voulait le guérir elle-même. Cette fugitive pensée réchauffa son cœur meurtri par les insultes qu'on lui crachait chaque jour, les coups qu'on lui distribuait sans compter, le mal qu'on disait de lui, qui n'était pas foncièrement mauvais. Ne pas contrôler ses pouvoirs et être méchant, il y a une grande différence, se disait-il.

Pas de question ni rébellion
Règles du jeu fixées mais les dés sont pipés
L'hiver est glace, l'été est feu
Ici, y'a jamais de saison pour être mieux


Il pensait à tout ce que son créateur lui avait fait subir. Oui, il était sûrement là pour canaliser la fièvre des humains et des Pokémon. Oui, il y avait sûrement pour lui une place dans cet horrible monde. Il lui suffisait de la trouver. Mais sur lui planait l'incertitude du doute ; un créateur aussi généreux, avoir doté ce bas monde de sentiments aussi terribles comme la haine, la peur ? Il n'y était peut-être pour rien. Oui, le créateur devait avoir laissé ses créatures se débrouiller seules. Pour canaliser leur énergie, il avait été envoyé en médiateur. Ce devait être ça. Soudain, ses plaies se mirent à briller ; la créature qui semblait le surveiller avait l'air d'abandonner la lutte, trop inégale contre la pleine lune. Plein d'espoir, il tendit ses bras, espérant que la créature céleste en pleurs viendrait y trouver refuge ; que nenni, elle le regardait avec un air furibond. Les ouvertures douloureuses de sa chair se refermèrent. Il se sentait revigoré et plein d'énergie. Il en profita pour quitter son toit, s'aventurant dans la rue sombre qui lui donnait des frissons.

J'ai pas choisi de vivre ici
Entre la soumission, la peur ou l'abandon
J'm'en sortirai, je te le jure
A coup de livres, je franchirai tous ces murs


Il descendit lentement, utilisant son pouvoir de lévitation modérément pour éviter de causer une catastrophe supplémentaire, comme la fois où il avait provoqué un bal aérien de bennes à ordure. L'atterrissage se fit en douceur. Il ne savait pas où aller, à qui s'adresser : mais soudain, au bout de la rue, il vit un homme, seul, debout au fond de cet endroit sinistre et malsain. Il semblait tenir quelque chose, mais le Pokémon ne savait pas ce que c'était. Il avait cependant l'impression de l'avoir vu très récemment. L'humain, auréolé d'une aura violette qui, par moments, virait au noir semblait l'attendre. Il s'approcha avec une démarche inquiétante ; il posait d'abord un pied devant lui, puis attendait quelques secondes avant de lever l'autre pied. Tout se passait au ralenti, comme dans un mauvais rêve. Comme pour mieux donner cette impression, l'homme releva la tête : ses yeux étaient clos. Il dormait, tel un somnambule : mais il semblait être contrôlé par quelqu'un d'autre. Le jeune Pokémon releva la tête ; là-haut, le Pokémon de la lune observait calmement la scène. Reportant son attention sur l'homme qui marchait, il se rendit compte qu'il ne pouvait plus bouger ; il était comme ficelé, ligoté sur place, seule sa tête pouvait se mouvoir ; il regarda le Pokémon lunaire : celui-ci était maintenant auréolé d'une aura bleutée, comme si c'était lui qui utilisait ce pouvoir ! Il lui hurla de lui venir en aide, de cesser son action, lui demanda ce qu'il faisait exactement. Il voulait trouver une simple réponse à cette question mais la créature du ciel continuait de le fixer sans émotion apparente. Il regarda l'humain, terrifié ; ce dernier s'effondra à terre en hurlant, comme si c'était lui qui contrôlait ses actions ! Il lui cria de lâcher ce qu'il tenait, de renoncer à cette violence, car il venait en effet de comprendre ce que tenait l'humain : c'était le couteau de boucher qu'on lui avait planté dans le bras.

Envole-moi
Loin de cette fatalité qui colle à ma peau
Envole-moi
Remplis ma tête d'autres horizons, d'autres mots
Envole-moi


L'humain ne lui obéissait pas et se releva, fit quelques pas hésitants, avant de reprendre sa marche funèbre. Pire, il semblait vouloir courir vers lui, pour le tuer ! Il poussa un hurlement, mais personne ne pouvait l'entendre. L'humain s'approchait, toujours aussi lentement, d'une démarche de zombie qui lui glaçait le sang. Le pauvre Pokémon hurla, se débattit du mieux qu'il put, mais la créature céleste ne lâchait pas prise. Son emprise semblait même devenir plus intense à chaque effort désespéré du prisonnier. L'homme était tout proche maintenant ! Il devait faire quelque chose, se concentrer, le libérer... Il s'aperçut soudain que l'aura qui enveloppait le possédé vira au bleu. Le Pokémon leva sa tête vers le ciel, ses deux yeux bleus purs brillants de terreur et de soumission. Il voulait faire comprendre au superbe Pokémon céleste qu'il avait perdu, qu'il rendait les armes, que ce dernier avait réussi à lui faire très peur. Mais la beauté lunaire regardait impitoyablement le Pokémon et semblait se régaler de sa terreur. L'humain leva son couteau. Cette seconde où le monde sembla s'effondrer dura une éternité.

Me laisse pas là, emmène-moi, envole-moi
Croiser d'autres yeux qui ne se résignent pas
Envole-moi, tire-moi de là
Montre-moi ces autres vies que je ne sais pas
Envole-moi...


L'œil gauche fût touché, lui seul. Une atroce douleur, terriblement violente, comme si on lui arrachait son globe oculaire. Il hurla, la douleur n'en finissait pas. Lancinante, terrible. Le sang jaillissait de ce qui fût son oeil. La lune bienfaisante, aussi puissante qu'elle était, ne pourrait jamais réparer cela. Et le Pokémon machiavélique, c'était le mot, saurait bien le crever de nouveau. Il cria. Toujours plus fort. Puis il sentit un tourbillon de rage l'envahir et sans même s'en rendre compte, il lança une décharge d'énergie obscure. Une fabuleuse spirale de pouvoirs titanesques s'offrait à lui ! Il n'en soupçonnait même pas l'existence! Il se rendit même compte qu'il savait les maîtriser, comme un don inné ! C'était merveilleux! Afin de vérifier tout cela, il les utilisa en même temps sur celui qui avait osé le rendre borgne. Le corps de l'homme disparut tout simplement. Ce fut terrifiant! Même lui ignorait l'étendue de ce pouvoir. Il venait de tuer un innocent ! Oui, un innocent ! Mais à vrai dire... Cet homme l'avait éborgné. Possédé ou non, il était en partie le responsable de la perte de son œil gauche... Mais oui, c'était logique! C'était la seule chose, l'unique châtiment qu'il méritait! Il fut terrifié de surprendre cette pensée-ci trottiner dans son esprit. Il s'aperçut alors que les liens qui l'enchaînaient avaient disparu. Partis, évanouis dans les airs, comme un lointain souvenir. Il se dressa de toute sa hauteur. Il avait l'impression d'avoir grandi. Tant mieux. Là-haut, le Pokémon volant semblait complètement pris au dépourvu. Un sourire en coin, il s'éleva lentement, puis de plus en plus vite. Les yeux de ce Pokémon, il allait les arracher. Cela lui fit penser à camoufler le sien, dont le sang dégoulinait toujours. Il rabattit une mèche de ses longs cheveux blancs flottants dans les airs dessus. Maintenant, il allait tuer ce Pokémon. Mais avant qu'il ai put faire quoi que ce soit, celui-ci disparu dans les airs. Très bien. Il allait le pourchasser jusqu'au bout du monde s'il le fallait, mais ne mourrait pas avant d'avoir vu la créature dorée périr. Jamais.

Regarde moi bien, je ne leur ressemble pas
Me laisse pas là, envole-moi
Avec ou sans toi, je n'finirai pas comme ça
Envole-moi, envole-moi, envole-moi...




Cet homme fut la première victime du Pokémon Darkrai.
Mais pas la dernière.








Voilà, j'espère que ça vous a plu. Dites moi en des nouvelles ou n'hésitez pas à lui laisser un commentaire sur le lien cité ci-dessus.

Cordialement,
Asu.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mauvais oeil.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BG] Mardi 12 juin
» Loot spécifique aux coffres d'Assaut
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Oeil critique?
» Peut-on être fondamentalement mauvais à Magic et le rester?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kotapak :: Créations littéraires :: KotaPlume-
Sauter vers: